Les différences entre l’inhumation et l’incinération de corps

Les différences entre l’inhumation et l’incinération de corps

Votre proche a trépassé suite à une maladie. Il n’a souscrit à aucun contrat obsèques. Il n’a pas dit non plus ses dernières volontés concernant ses funérailles. Vous êtes confrontés à une décision difficile à prendre : iriez-vous l’inhumer ou l’incinérer ? Les deux choix sont possibles malgré la pandémie du coronavirus sras cov-2. Des précautions particulières sont toutefois à prendre, que vous optiez pour l’inhumation ou pour la crémation.

L’inhumation, une pratique funéraire connue du monde entier

La plupart des civilisations pratiquaient l’inhumation dans les temps anciens. Ce mode de funérailles traditionnel prend aujourd’hui diverses formes. Soit on enterre le cercueil contenant la dépouille mortelle, soit on le dépose dans un caveau ou dans un enfeu.

La principale différence de l’inhumation à la crémation est d’ordre religieux. Les catholiques privilégient l’inhumation. C’est la seule pratique funéraire adoptée chez les Juifs, les Musulmans et les orthodoxes. Quoique les presbytériens et les adventistes n’acceptent que l’inhumation, certains protestants tolèrent la crémation. Il faut savoir qu’on peut toutefois choisir d’inhumer une urne funéraire dans un cimetière.

L’inhumation à Luxembourg est possible même dans le contexte actuel où la pandémie du coronavirus sras cov-2 prévaut. Seulement, le cercueil contenant le corps est obligatoirement à déposer dans une fosse d’inhumation. Les funérailles doivent se dérouler dans les 72 heures après le décès. Le transport du corps après mise en bière se fera directement de la morgue vers le lieu d’inhumation. L’entreprise des pompes funèbres peut vous fournir un corbillard.

En général, le lieu d’inhumation peut être une concession, un cimetière ou un terrain privé. L’agence des pompes funèbres peut vous donner de plus amples informations sur les dispositions à prendre. Vous pouvez d’ailleurs la charger d’organiser les obsèques.

L’incinération de corps, un mode de funérailles de plus en plus pratiquée

La crémation ou l’incinération du corps du défunt, rappelons-le, consiste à réduire en cendres la dépouille en toute dignité. Cette pratique se distingue surtout de l’inhumation lorsqu’on choisit de disperser les cendres funéraires. La dispersion des cendres peut se faire dans un endroit bien déterminé tel que le jardin du souvenir. Vous optez pour la dispersion en pleine nature ? Enquérez-vous auprès du maire du lieu des funérailles à propos des destinations possibles des cendres. Ces endroits ne nécessitent pas la pose d’un monument cinéraire, contrairement à l’inhumation dans une tombe. C’est un peu dommage pour ceux qui voudront s’y recueillir. Sachez cependant qu’en général, on choisit de se faire incinérer en terre étrangère. Quand le lieu de décès est très loin du pays d’origine, la crémation est la solution idéale. Le rapatriement est en effet pratiquement impossible, dans ce cas.

 

Dans les religions bouddhiste et hindoue, la crémation est considérée comme un rituel de purification, voire d’offrande. En Asie, la crémation est donc une pratique courante. Au Japon, 99 % de la population choisit ce mode de funérailles. À Hong-Kong, en Chine, 85 % de la population choisit la crémation. Au Luxembourg, la pratique de la crémation est en nette augmentation.

Quelle que soit la pratique choisie, que ce soit l’inhumation ou la crémation, la cérémonie est toujours présente. Il peut s’agir d’une cérémonie religieuse ou tout simplement d’une cérémonie civile. Les pompes funèbres vous offrent une organisation complète pour rendre dignement un dernier hommage au défunt.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*